mardi 21 mai 2013

Jeunes musiciens de talent sous la pluie battante des Jardins de Bagatelle un week-end de Pentecôte

Jardins de Bagatelle, Orangerie, dimanche 19 mai 2013

L'Orangerie des Jardins de Bagatelle. Photo : (c) Bruno Serrou (23/05/2010)

Tandis que les fondations d’entreprises ont de plus en plus tendance à se tourner vers l’événementiel ou l’humanitaire pour conforter l’image les sociétés dont elles sont l’émanation, il convient de saluer l’initiative du réseau Banques Populaires, qui, à l’instar de la Société Générale ou de BNP-Paribas, a opté pour la diversité de son mécénat, portant notamment son attention sur la musique. Fondation d’Entreprise Banque Populaire a pour sa part choisi de soutenir les musiciens à l’orée de leur carrière. Ce qu’elle fait depuis 1992…

Ainsi, depuis vingt-et-un ans, jeunes instrumentistes et compositeurs bénéficient du soutien de cette fondation dans la préparation et les épreuves des concours internationaux, le suivi de master classes et de cours de perfectionnement, d’aides à l’enregistrement d’un premier disque et à la création d’une œuvre, mais aussi pour se faire connaître du grand public à travers concerts et festivals. Ainsi, la Fondation a accompagné depuis 1992 cent-quatre-vingt-seize instrumentistes et vingt-et-un compositeurs…

Jardins de Bagatelle. Photo : (c) Bruno Serrou (23/05/2010)

Pour la sixième édition des Musicales de Bagatelle, qui se déroulent chaque année le pont de Pentecôte au cœur du bois de Boulogne à Paris, plusieurs jeunes talents ont été parrainés par un aîné, lui-même ancien bénéficiaire du soutien de la Fondation. Un long week-end de musique durant, à raison de deux concerts par jour, le festival 2013 a été fort fréquenté, malgré les pluies diluviennes qui se sont abattues sur Paris. Il a fallu de ce fait avoir l’amour de la musique et l’envie de la découverte bien accrochés pour se rendre dans les beaux Jardins de Bagatelle gorgés d’eau, qu’il était donc impossible d’arpenter entre deux concerts, à moins de prendre le risque d’y perdre ses chaussures et d’attraper un gros rhume. Quant aux paons et leur plumage coloré, ils se sont faits fort discrets cette année.

Un paon des Jardins de Bagatelle. Photo : (c) Bruno Serrou (23/05/2010)

Le second concert de dimanche était parrainé par le pianiste Jonas Vitaud. A trente-trois ans, ce disciple de Brigitte Engerer, Jean Koerner et Christian Ivaldi est déjà célébré dans le monde entier, se produisant à travers l’Europe et jusqu’en Chine. Il a ouvert le programme sur quatre des Romances sans paroles de Félix Mendelssohn-Bartholdy suivies de quatre des Pièces lyriques poétiques et fantasques d’Edvard Grieg, jouant avec une précision de bon aloi. Mais il a eu du mal à entrer dans son récital, les deux premières pièces étant roides et distantes, puis s’est fait plus onirique et inventif par la suite.

Jardins de Bagatelle. Photo : (c) Bruno Serrou (23/05/2010)

Super-soliste de l’Orchestre Philharmonique de Radio France, chambriste reconnu, Amaury Coeytaux a partagé la Sonate n° 5 pour violon et piano en fa majeur op. 24 « Printemps » de Beethoven avec le pianiste Antoine Golée. Loin de la belle entente de Stéphanie-Marie Degand et Michaël Levinas Salle Gaveau le 9 avril dernier (voir http://brunoserrou.blogspot.fr/2013/04/stephanie-marie-degand-et-michael.html), les deux jeunes musiciens n’ont pas réussi à trouver l’entente et l’écoute réciproque que requiert cette partition guillerette et avenante, le piano couvrant trop souvent le violon, le pianiste en faisant des tonnes dans les mimiques, son toucher et ses attaques s’avérant raides, tandis que l’instrument à cordes était étonnamment sec et gras, surtout considérant la qualité du violonn un Guadagnini de 1773, qui, peut-être, n’a pas apprécié le taux d’hydrométrie exceptionnellement élevé qui enveloppait l’Orangerie de Bagatelle.

L'Orangerie des Jardins de Bagatelle. Photo : DR

Elève au Conservatoire de Paris de Nicholas Angelich, Christian Ivaldi et Alain Meunier, Bordelais vivant entre Paris et New York, où il se produit avec les plus grands chambristes actuels, Vincent Balse a donné une Sonate pour piano n° 14 en ut dièse mineur op. 27/2 « Clair de lune » au ton neutre, techniquement parfaite mais sans direction ni cheminement clairement identifiables, n’excellant que dans le Presto agitato final, mais sans vraiment se livrer, laissant ainsi  l’auditeur sur sa faim quant à son indubitable potentiel.

Quatuor Anches Hantées. Photo : DR

Le concert s’est conclu sur la prestation d’un remarquable ensemble de clarinettes, le Quatuor Anches Hantées constitué de Romain Millaud, Elise Marre (à la clarinette basse), Nicolas Châtelain et Bertrand Hainaut. Les deux œuvres présentées étaient des arrangements et transcriptions qui avaient tout pour séduire un public familial, sonnant telle de la musique de kiosque. Une œuvre de circonstance, sous cette pluie digne d’un mois de novembre, Crisantemi de Giacomo Puccini originellement destinée aux cordes, et la Valse de la Mascarade d’Aram Khatchatourian… Je dois avouer que, à l’écoute de cet ensemble, mon esprit s’est mis à imaginer ces authentiques musiciens dans un programme plus ambitieux et téméraire, et le plaisir qu’auraient nombre de compositeurs à écrire pour lui…

Bruno Serrou

Aucun commentaire:

Publier un commentaire