mercredi 28 juin 2017

CD : Frederick Martin « In Memoriam », superbe hommage du Trio Polycordes à l'un des compositeurs les plus sensibes de sa génération


Voilà un peu plus d’un an, le 18 avril 2016, disparaissait prématrurément des suites d’une longue maladie le compositeur français Frederick Martin. Il avait cinquante-huit ans. Artiste atypique aux inspirations éclectiques (comme le confirment les deux ouvrages qu’il a consacrés au black metal (1)), homme de conviction à l’humour froid et noir, généreux, aimant la vie et la fête, Frederick Martin était un compositeur prolifique, comme l’attestent les quelques cent-trente œuvres qu’il laisse à la postérité. Il convient d’ajouter à ce cursus plusieurs écrits destinés aux enfants.

Frederick Martin (1958-2016). Photo : DR

Se considérant comme un authentique autodidacte, n’ayant étudié dans aucun conservatoire en raison de son départ très jeune en Afrique d’où il ne revint qu’à l’âge adulte, il commence à composer seul et vit de la copie musicale pour divers éditeurs et du secrétariat de rédaction dans un quotidien national. Il sera le premier lauréat autodidacte pensionnaire de la Villa Médicis de Rome pendant deux ans, de 1989 à 1991. Puis il suit le cursus d’informatique musicale de l’IRCAM en 1992-1993, et, l’année suivante, dans le cadre des programmes Villa Médicis hors les murs et Egide, il séjourne en Californie et en Russie. Conférencier, écrivain, il enseigne entre 2006 et 2011 comme professeur d’écriture et d’arrangement à l’Université de Marne-la-Vallée en Seine-et-Marne et de formation musicale et d’analyse à l’école de musique de Brétigny-sur-Orge dans l’Essonne. En 2008, il s’était vu attribuer le prix Louis Weiller pour l’ensemble de son œuvre.

¨Photo : DR

Profonde et lyrique, la musique de Frederick Martin reflète une personnalité réfléchie, énergique, tendue, virtuose. Son écriture complexe et exigeante ne la rend pas pour autant d’une écoute difficile, voire inaccessible. Bien au contraire, tant elle est expressive et directe.


Pourtant, jusqu’à présent, seules deux œuvres étaient disponibles en CD, dans une collection consacrée aux compositeurs pensionnaires de la Villa Médicis (2). Inexplicablement négligé par les organisateurs de concerts et par les maisons de disques, l’initiative du Trio Polycordes est à saluer sans restriction. Il s’agit en effet non seulement d’un « In Memoriam » pensé par un ensemble iriginal constitué de Sandrine Chatron (harpe), Fiorentino Calvo (mandoline, mandole, mandoloncelle et guitare) et Jean-Marc Zvellenreuther (guitare), mais aussi et surtout d’un disque hors du commun interprété avec brio et une musicalité extrême qui rend somptueusement justice à ce compositeur qu’il est temps de découvrir enfin, tant sa création est puissamment originale, sans équivalent et hors du temps. Ce qui s’impose dans toute on évidence dans les six œuvres réunies dans ce disque, fuits d’une amitiés d’une vingtaine d’années entre Frederick Martin et les trois musiciens du Trio Polycordes, toutes consacrées aux cordes pincées rarement associées en musique de chambre, Honor, Gradus, Dignitas op. 57 (1999) triptyque au titre emprunté au serment des chevaliers au Moyen-Âge et aux contours de cérémonie païenne, Les bonnes pensées op. 66 (2001), Dowland’s box op. 71 (2002-2005) inspiré de la gaillarde The Right Honorable, The Lord Viscount Lisle de Dowland, Twisted Lullaby op. 125 (2010), Scritta di Fausto op. 82 (2004-2013) et Ustvolst op. 124 (2014), hommage à la compositrice russe Galina Ivanovna Ustvolskaya.

Bruno Serrou

1CD Trio Polycordes, In Memoriam Frederick Martin. Durée : 1h08mn32s. Enr. : 2017. La Follia Madrigal LFM 17031


1) Eunolie. Conditions d’émergence du black metal (2003) ; Eunolie. Légendes du black metal (2009), Editions Musica Falsa (MF). 2) Villa Médicis ’90 (Macles pour trio à cordes et Concerto pour clarinette) aux côtés de pièces de Thierry Lancino par le Trio à cordes de l’Ensemble Intercontemporain et l’Ensemble l’Itinéraire 1CD Adès MFA. 3) L’association « Frederick Martin, compositeur » a été créée pour contribuer à promouvoir la mémoire et l’œuvre du compositeur. www.frederickmartin.fr

Aucun commentaire:

Publier un commentaire