samedi 10 août 2013

Mort de la cantatrice Regina Resnik

Regina Resnik (1922-2013). Photo : DR
 
La cantatrice états-unienne Regina Resnik est morte jeudi 8 août. Elle allait avoir 91 ans.

Née le 30 août 1922 dans le Bronx, d’abord soprano puis mezzo-soprano, sur la suggestion de Clemens Krauss qui venait le diriger en Sieglinde au Festival de Bayreuth, elle était également professeur de chant, metteur en scène, productrice de télévision et de radio, domaines où elle s’exprima à partir de 1971.
Photo : DR

Voix puissante et colorée, personnalité énergique, elle avait commencé très tôt sa carrière, en 1942, dès la fin de ses études au Hunter College, faisant ses débuts au New York Center Opera dans le rôle de Santuzza, puis, en décembre de la même année, en Lady Macbeth sous la direction de Fritz Busch à la New Opera Company. Dans la décennie qui suivit, elle chante Donna Elvira et Donna Anna (Don Giovanni), Leonore (Fidelio), Sieglinde (Die Walküre), Gutrune (Götterdämmerung), Chrysothémis (Elektra) Rosalinda et Eboli (Don Carlos), Aïda, Alice Ford (Falstaff), Tosca, Madame Butterfly, Musetta (la Bohème). Elle est la première Ellen Orford de Peter Grimes de Britten au Met, le tout sous la direction de chef comme Otto Klemperer, George Szell, Bruno Walter, Fritz Reiner et Erich Leinsdorf.

Invitée en 1953 au Festival de Bayreuth dans Sieglinde de Die Walküre dirigée par Clemens Krauss et mise en scène par Wieland Wagner, elle devint dans les années 1960 l’une des cantatrices dramatiques les plus cotées dans les rôles comme Amneris, Carmen, Clytemnestre, Hänsel, Mrs Quickly… Elle était parmi les artistes favorites de Metropolitan Opera de New York, où elle s’était produite plus de trois cents fois. Parallèlement, il était l’invitée de la Scala de Milan, de l’Opéra de Paris, où elle chanta une mémorable Carmen, Salzbourg, Vienne, Naples, Madrid, Lisbonne, Buenos Aires, Berlin, Bruxelles, Marseille, Stuttgart, Hambourg…

De nombreux disques témoignent de la présence de Regina Resnik, particulièrement sa Carmen dirigée par Thomas Schippers, sa Klytemnestra dans l’Elektra gravée par Georg Solti, Mrs Quickly avec Leonard Bernstein, le prince Orlovski dans la Chauve-Souris avec Herbert von Karajan, la Comtesse de la Dame de Pique avec Mstislav Rostropovitch, et sa Sieglinde de Bayreuth avec Clemens Krauss.

Elle était l'épouse du peintre sculpteur d’origine lituanienne Arbit Blatas (1908-1999), qui réalisa pour elle plusieurs scénographies.

Bruno Serrou

Aucun commentaire:

Publier un commentaire