lundi 26 mars 2012

Reprise enthousiasmante du Don Giovanni de Mozart de Michael Haneke dirigé par Philippe Jordan à l’Opéra de Paris


Opéra de Paris Bastille, vendredi 23 mars 2012
Photo : Opéra national de Paris - DR
La reprise de la production Michael Haneke, le réalisateur de La pianiste et de Le ruban blanc (1), du Don Giovanni de Mozart à l’Opéra Bastille est une véritable aubaine en ces temps de où le kitsch est devenu roi sur la première scène lyrique de France. Quoique fidèle au livret et respectueuse des intentions des auteurs, la mise en scène de Haneke initiée par Gérard Mortier et créé en janvier 2006 au Palais Garnier avant d’être reprise à Bastille en 2007 avait été accueillie sous les huées. C’est pourquoi il est possible de s’étonner que Nicolas Joël, dont l’esthétique se situe à l’opposée de celle du cinéaste autrichien, ait choisi de reprendre cette production dont les pourfendeurs de Mortier espéraient s’être débarrassés une fois pour toute. En effet, le chef-d’œuvre de Mozart a quitté son XVIIIe siècle et sa dimension mythique pour se retrouver dans le quotidien du quartier de la Défense, au sein d’un immense décor ovale unique de bureaux, avec ascenseur, coursive à l’étage et cafétéria conçu par Christoph Kanter. L’énorme baie vitrée qui ouvre sur une forêt de tours confirme combien une ville peut être belle la nuit, tandis que l’espace est envahi par des blouses de techniciens de surface, des costumes-cravates de patrons et des tailleurs deux pièces de cadres supérieures dessinés par Annette Beaufays. Seul hiatus, l’action continuellement plongée dans la pénombre, à l’exception d’un flash soudain dû sans doute à une défaillance technique et de la moralité finale, après que Don Giovanni eut été jeté dans le vide. La direction d’acteur de Haneke est d’une force pénétrante, offrant une dimension ahurissante à la violence des exactions de Don Giovanni, jeune directeur général qui tue son PDG, bouscule les corps de ses égales, viole les innocences de son petit personnel, y compris celle de Leporello, son « jeune directeur, assistant personnel ». Le tout prend le tour d’affaire DSK, que Haneke semble ainsi avoir pressenti avec cinq ans d’avance…
 Photo : Opéra national de Paris - DR 
Depuis la fosse, Philippe Jordan conforte l’enthousiasme suscité par ses dernières prestations depuis le concert de la Salle Pleyel qui a précédé son remarquable Pelléas et Mélisande, propose une superbe lecture, en totale adéquation avec la vision du metteur en scène qu’elle complète et commente admirablement, tandis que l’Orchestre rayonne de tous ses feux (superbes murmures des cordes, onctuosité des bois, luminosité des cuivres, pianoforte élégant). Sur le plateau, la distribution est dominée par Peter Mattei. Vigoureux, élancé, sombre manipulateur, habité par la vision du metteur en scène depuis qu’il a participé à la création de cette production en 2006, le baryton suédois est un Don Giovanni de rêve, d’une terrible et froide séduction. Le Leporello de David Bizic (Masetto en 2006) se comporte comme un fourbe double de son maître auquel il essaie en vain de se substituer. Pour sa première apparition à l'Opéra de Paris, Véronique Gens campe une magnifique Elvira, cadre supérieure aimante et passionnée quoique fort malmenée. Bernard Richter est un excellent prince héritier Ottavio, noble et empressé prêt à tout pour la fille du PDG Donna Anna froide et distante de Patricia Petibon, au jeu crispé et à la voix indifférente malgré un beau métal. En revanche, Gaëlle Arquez est une Zerline avenante et attachante, son Masetto, Nahuel di Pierro, est tout d’une pièce, tandis que Paata Burchaladze, cadavre trimbalé en chaise roulante sous un masque en carton, est un Commandeur à la voix abyssale.
Bruno Serrou
Après Le ruban blanc en 2009, Michael Haneke a remporté une deuxième Palme d'or au Festival de Cannes 2012 avec Amour 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire