mardi 19 novembre 2019

Aujourd’hui Musiques de Perpignan champ d’expériences partagées entre artistes et public

Perpignan (Pyrénées-Orientales). Festival Aujourd’hui Musiques. Théâtre de l’Archipel. Vendredi 15, samedi 16, dimanche 17 septembre 2019

Photo : (c) Bruno Serrou

Par son originalité et par la témérité de ses propositions, le festival Aujourd’hui Musiques s’impose comme un rendez-vous les plus novateurs de la création musicale

Perpignan, le Castillet. Photo : (c) Bruno Serrou

Créé en 1992, le festival de musique contemporaine Aujourd’hui Musiques est l’un des plus créatifs de France et les plus proches de son public. Et qui dit créatif, dit prise de risques, ce qui suscite bien des surprises, aussi souvent enthousiasmante que décevante… La mission de la manifestation est d’accompagner les évolutions technologiques de notre temps et de se projeter dans l’avenir. Ce rendez-vous automnal attire un public toujours plus divers et nombreux, de tous les âges grâce à sa programmation mais aussi à ses actions pédagogiques en amont ainsi que durant la manifestation même.

Perpignan, Théâtre de l'Archipel. Photo : (c) Bruno Serrou

Depuis son implantation dans les murs du théâtre de l’Archipel, ses trois salles et ses dégagements en 2011, Aujourd’hui Musiques, né dans les murs du Conservatoire de Perpignan, peut présenter simultanément plusieurs spectacles. « Les machines ne sont plus cantonnées dans le secret des laboratoires, remarque Jackie Surjus-Collet directrice artistique du festival, elles sont entrées dans nos vies et participent à notre vision du monde. »

"Light Painting Sonore" installation d'Erik Lorré. Photo : (c) Bruno Serrou

S’adressant essentiellement à l’agglomération de Perpignan et au département des Pyrénées-Orientales, Aujourd’hui Musiques attire neuf mille spectateurs venant de tous les horizons, abonnés du théâtre, jeunes épris d’arts contemporains et acteurs des mouvements alternatifs, de l’action culturelle, mélomanes, mais aussi des curieux qui ne savent pas précisément ce qu’il vont voir et entendre. Ce festival est ancré dans son temps, il s’intéresse à la nouvelle lutherie, aux nouvelles technologies, associant plasticiens, vidéastes, chorégraphes. « Ce qui est exceptionnel aussi, se félicite Surjus, est que ce festival de musique contemporaine soit rattaché à une scène nationale, qui participe à son budget qui s’élève à 200.000€, avec le soutien du ministère de la Culture, de la région Occitanie, de l’agglomération de Perpignan et de la  SACEM. Nous cherchons à ce que le public perde ses repères en associant tous les modes d’expression musicale d’aujourd’hui, y compris le jazz et la variété. Pour conquérir un nouveau public il faut le valoriser, surtout dans ce monde archi-formaté. » Pendant toute la durée du festival, trois lycéens option audiovisuel tournent un film sur la manifestation, et trois jeunes de la radio des foyers ruraux du Roussillon font des reportages diffusés chaque jour sur Internet…

Ensemble Les Eléments, Percussions Claviers de Lyon, Joël Suhubiette (direction). Photo : (c) Bruno Serrou

L’édition 2019 s’est ouverte le 15 novembre sur un récital de piano à quatre mains dans le hall du théâtre, avec une commande du festival, à l’instar de toutes les soirées de la manifestation. Cette fois, c’est Matthieu Millischer, qui a joué sa propre pièce (Doppelgänger), avant un concert qui allait attirer les foules, associant deux ensembles de très grande qualité, les cinq musiciens des Percussions Claviers de Lyon et le Chœur de chambre Les Eléments de Joël Suhubiette autour de la musique minimaliste américaine (Steve Reich, Leonard Bernstein, John Cage, Philip Glass, Gavin Bryars, Graham Fitkin). 

Rebecca Féron (harpe) et le Quatuor Euterpe. Photo : (c) Bruno Serrou

La véritable découverte du premier des deux week-ends d’Aujourd’hui Musiques restera la compositrice-harpiste Rébecca Féron, qui, associée au Quatuor Euterpe, a donné en création son Turbulences dans lequel elle exploite toutes les aptitudes de la harpe, utilisant au-delà de ses mains et de ses pieds, plectre, maillet, électronique, sans que ce soit pour autant une série de démonstrations mais une véritable proposition musicale, inventive et surprenante. 

Installation de Ballons volants. Photo : (c) Bruno Serrou

Plus expérimentale encore, la « déambulation sensorielle » à travers le théâtre au milieu d’instruments conceptuels et de situations ludiques autour de tags, de vols de ballons, de jeux de lumière musicaux conçus par Florent Colautti, Vincent Martial et Erik Lorré…

"Je brûle... et elle s'inclina de quelques degrés", installation de Florent Colautti. Photo : (c) Bruno Serrou

Côté déceptions,  le spectacle donné deux soirs de suite, hélas, de la compagnie La Truc de Cyril Hernandez, Emmanuel Labard Gustavo Gelmini qui frisait l’amateurisme (gestique lourdement improvisée, mouvements pachydermiques, lumières aveuglantes, vidéo élémentaire, musique basique), au grand dam des organisateurs et du public…

Bruno Serrou

Jusqu’au 24 novembre 2019. Réservations : 04.68.62.00. www.theatredelarchipel.org


Aucun commentaire:

Publier un commentaire